« NIGER : Les Autorités ont donné 30 jours à la France pour retirer ses Soldats »

Le samedi 5 août 2023, les nouvelles autorités nigériennes issues d’un coup d’État ayant renversé le président Mohamed Bazoum le 26 juillet dernier ont donné 30 jours à la France pour retirer son armée du territoire nigérien. Cette décision a été communiquée officiellement par le Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération de la République du Niger, suite aux propos des plus hautes autorités françaises concernant la situation prévalant au Niger.

Le Conseil National de Sauvegarde de la Patrie (CNSP), en poste depuis le 26 juillet, avait déjà publié un communiqué le jeudi 3 août 2023, dénonçant tous les accords de coopération militaire avec la France. Cela inclut les accords liés à la défense et à la sécurité, qui ont été établis au fil des décennies de relations entre les deux pays.

En réaction, la France, par l’intermédiaire de la ministre des affaires étrangères, Mme Catherine Colonna, et du ministère de la Défense, a refusé de reconnaître les nouvelles autorités du Niger, les qualifiant d’illégitimes et arguant que seules les autorités nigériennes légitimes pouvaient rompre ces accords.

Les accords visés par la dénonciation sont les suivants :

  1. L’Accord du 19 février 1977 sur la Coopération Militaire Technique, conformément à son article 12 et au préavis de trois mois.
  2. L’Accord du 25 mars 2013 relatif au régime juridique de l’intervention des militaires français au Niger pour la Sécurité au Sahel, conformément à son point 7 et au préavis d’un mois.
  3. L’Accord du 19 juillet 2013 sur le statut des militaires français présents au Niger dans le cadre de l’intervention française pour la sécurité au Sahel, conformément à son article 13 et au préavis d’un mois.
  4. L’Arrangement Technique du 02 janvier 2015 relatif au stationnement et aux activités du détachement interarmées français sur le territoire de la République du Niger, conformément à son article 13 et au préavis de 30 jours.
  5. Le Protocole Additionnel du 28 avril 2020 à l’Accord du 25 mars 2013 relatif au régime juridique de l’intervention de militaires française au Niger pour la Sécurité au Sahel et à l’Accord du 19 juillet 2013 sur le statut des militaires français présents au Niger dans le cadre de l’intervention Française pour la sécurité au Sahel déterminant le Statut des Détachements Non Français de la Force Takuba, conformément à son article 4 et au préavis de 90 jours.

La décision de mettre fin aux accords de coopération militaire avec la France marque un changement majeur dans les relations entre les deux pays. Depuis plusieurs années, la présence militaire française au Niger a été justifiée par la nécessité de lutter contre les groupes terroristes sévissant dans la région du Sahel.

Cependant, les anciennes autorités n’ont pas exprimé leur désaccord vis-à-vis de l’approche française dans la gestion de la sécurité dans la région. Le coup d’État du 26 juillet dernier a permis aux nouvelles autorités de remettre en question la coopération militaire établie de longue date entre le Niger et la France.

Pour l’instant, la France n’a pas encore officiellement répondu à la demande du Niger, mais cette décision risque de créer des tensions supplémentaires entre les deux pays. Il reste à voir comment les relations diplomatiques entre les deux nations évolueront dans les prochaines jours.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0