NIGER: La France se lance dans le processus de retrait de ses forces militaires

Aujourd’hui marque le début du désengagement des troupes françaises au Sahel, comme annoncé par Emmanuel Macron le 24 septembre dernier. L’armée française est sous pression, car le retrait des 1 500 militaires français doit être achevé d’ici la fin de l’année 2023.

Les premiers à partir sont les 400 soldats actuellement stationnés à Ouallam, le long de la frontière entre le Mali et le Niger. Ils étaient engagés dans l’opération Almahaou aux côtés des forces armées nigériennes pour sécuriser la région du Liptako nigérien.

Ces militaires français sont regroupés en deux sous-groupes tactiques interarmes, à Ouallam et Tabaré Baré. Ils entreprennent un voyage vers Niamey par voie terrestre, en commençant par l’organisation de convois ce matin du 4 octobre. Ils préparent leurs véhicules de combat et définissent un itinéraire qu’ils devront sécuriser pour atteindre la capitale nigérienne. La distance n’est pas très longue, environ une centaine de kilomètres, mais selon l’état des routes, le trajet peut prendre jusqu’à deux jours. Une fois à la base aérienne de Niamey, ces 400 soldats retourneront immédiatement en France par avion. Les hauts gradés insistent sur l’importance de suivre le plan établi pour un départ organisé, sûr, et en coordination avec les autorités locales.

L’état-major des armées ne fait aucun commentaire sur les déclarations de la junte, qui ces derniers jours a laissé entendre que la coordination technique n’est pas encore garantie.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0