« NIGER : Mohammed Bazoum refuse de démissionner »

Mohammed Bazoum refuse de démissionner, même sous la pression des putschistes qui l’y incitent. On signale qu’un groupe d’hommes en uniforme s’est rassemblé devant la présidence, et on entend par moments des coups de feu provenant d’armes automatiques.

Ce mercredi 26 juillet 2023, le Niger est plongé dans une situation politique critique à la suite d’une mutinerie menée par le général Tchani et ses hommes, qui a abouti à la l’arrestation du président Mohamed Bazoum.

Mohamed Bazoum a sollicité l’aide d’Emmanuel Macron pour contrer la mutinerie

Des informations provenant de sources militaires nigériennes laissent entendre que le président Bazoum, réputé pour être proche de la Françafrique, a tenté de solliciter l’aide de son ami, le président français Emmanuel Macron, à l’Élysée, afin d’obtenir le soutien des forces françaises qui occupent le Niger.

La mutinerie orchestrée par le général Tchani a pris de court bon nombre d’observateurs politiques au Niger, car elle a abouti à l’arrestation du président Bazoum, élu démocratiquement. Les motifs précis derrière cette mutinerie n’ont pas encore été clairement établis, mais certains experts spéculent sur des tensions internes au sein de l’armée ou sur des désaccords politiques profonds. Quoi qu’il en soit, cette crise politique est un test primordial pour la stabilité et la démocratie du Niger.

Mohamed Bazoum, arrêté, a cherché des solutions pour sauver sa position et contrer la mutinerie. Selon certaines sources militaires, il a contacté le président français Emmanuel Macron dans l’espoir d’obtenir un soutien militaire de la part des forces françaises présentes au Niger.

La CEDEAO condamne la tentative de coup d’État contre Mohamed Bazoum au Niger

La CEDEAO a condamné la tentative de coup d’État contre Mohamed Bazoum dans un communiqué. Bola Tinubu, en sa qualité de Président de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, a exprimé sa préoccupation face aux développements désagréables au Niger. Il a souligné que la CEDEAO et les défenseurs de la démocratie ne toléreront pas une action visant à neutraliser le gouvernement démocratiquement élu du pays. Tinubu a promis de suivre attentivement la situation au Niger et de tout mettre en œuvre pour promouvoir et protéger la démocratie dans la région. Il a également affirmé que le Nigéria soutiendra fermement le gouvernement élu du Niger et que les dirigeants de la sous-région sont déterminés à protéger la démocratie conformément au principe du constitutionnalisme.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0