Des renforts de l’armée nigérienne se dirigent vers la base militaire française à Niamey

Au Niger, des renforts de l’armée nigérienne sont actuellement en route vers la base militaire française à Niamey, dans le but de les surveiller, selon une source militaire informée citée par Al-Jazeera.

Les tensions entre le Niger et la France, persistantes depuis le coup d’État survenu en juillet, ont pris un tournant significatif le 3 août dernier lorsque les autorités militaires nigériennes ont annoncé la rupture de toute coopération dans le domaine de la défense et de la sécurité avec la France. Un délai d’un mois a été accordé aux 1500 soldats français pour quitter le territoire.

Le gouvernement nigérien a par la suite ordonné le départ de l’ambassadeur français, Sylvain Itté, sous un délai de 48 heures. Malgré l’expiration de l’ultimatum, M. Itté demeure en poste à Niamey, refusant de se retirer. De son côté, le président français, Emmanuel Macron, a exprimé son refus de reconnaître les nouvelles autorités au Niger et a annoncé que la France n’obéirait pas à l’ordre de rappel de son ambassadeur.

La position ferme de la France sur cette question est clairement définie par le président Macron. En refusant de reconnaître les nouvelles autorités au Niger, la France réaffirme son intention de maintenir des relations avec les autorités légitimes élues démocratiquement. Cependant, le gouvernement nigérien insiste sur sa souveraineté et son droit de prendre des décisions qu’il estime être dans l’intérêt national. Le coup d’État et les changements politiques qui en ont résulté ont conduit à une réévaluation de la relation entre le Niger et ses partenaires internationaux, en particulier la France.

Une importante manifestation pour réclamer le départ des soldats français.

Le samedi 2 septembre, des milliers de manifestants se sont rassemblés devant la base militaire française de Niamey pour exprimer de manière insistante leur demande de voir les soldats français quitter le Niger. Cette manifestation marque le dernier épisode d’une série de tensions croissantes entre le Niger et la France. Les slogans tels que « Nous ne voulons plus de soldats français sur notre sol » et « Non à la force d’occupation » résonnent dans les rues de Niamey.

Les organisateurs de la manifestation ont démontré une détermination inébranlable à maintenir la pression en faveur du départ des soldats français.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0