COUP D’ÉTAT AU GABON : Mahamat Idriss Deby Réagit

Dans un communiqué de presse officiel, le gouvernement tchadien a condamné fermement les événements en cours et a appelé au rétablissement de l’ordre constitutionnel dans le pays voisin.

Le coup d’État a été déclenché par un groupe de militaires et de policiers gabonais le mercredi 30 août 2023. Ces forces armées ont annoncé l’annulation des élections en cours ainsi que la dissolution immédiate de toutes les institutions républicaines. Cette décision marque la fin du régime en place et intervient dans un contexte politique tendu.

Les élections précédentes avaient vu la réélection contestée du Président sortant, Ali Bongo Ondimba, avec 64,2% des voix. Des allégations de fraude électorale avaient été émises par les militaires, remettant en question l’intégrité du processus électoral. La situation avait créé une atmosphère de tension au sein du pays.

Suite à ces développements, la République du Tchad a appelé à un retour à l’ordre constitutionnel au Gabon. Le gouvernement tchadien a également proposé la tenue d’une réunion de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) pour discuter de la situation et trouver des solutions pacifiques. Dans le même temps, le Tchad a exhorté les militaires gabonais à garantir la sécurité et l’intégrité physique du Président Ali Bongo Ondimba ainsi que de sa famille.

Le commandant en chef de la Garde républicaine gabonaise, le général Brice Oligui Nguema, a été désigné par les putschistes militaires comme le « président de la transition ». Cette annonce a été diffusée à travers la chaîne de télévision Gabon 24. Cependant, la légitimité de cette prise de pouvoir reste sujette à débat tant au niveau national qu’international.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0