Arrestation d’un Français au Niger : Paris demande sa « Libération Immédiate »

Le 8 septembre dernier, les forces de sécurité nigériennes ont arrêté Stéphane Jullien, conseiller des Français de l’étranger basé au Niger, déclenchant une vive réaction de la part de la France qui a immédiatement demandé sa « libération immédiate ».

Stéphane Jullien, en tant que conseiller des Français de l’étranger, joue un rôle essentiel en représentant les expatriés français auprès des ambassades et des consulats. Sa détention a rapidement soulevé des inquiétudes au sein du gouvernement français, qui a exprimé son vif désir de voir son compatriote être relâché sans délai.

La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré : « Elle appelle à sa libération immédiate. Depuis le premier jour, notre ambassade est pleinement mobilisée pour assurer la protection consulaire à notre compatriote. »

Cependant, cette arrestation survient dans un contexte diplomatique particulièrement délicat entre la France et le Niger. Depuis le coup d’État militaire qui a renversé le président Mohamed Bazoum et le maintient de celui-ci en captivité par la junte, la France continue de considérer Bazoum comme le chef de l’État légitime. Cette position de la France est en totale opposition avec les revendications des putschistes, qui réclament le départ de l’ambassadeur français à Niamey et dénoncent les accords de défense avec Paris.

L’un des points de friction majeurs réside dans la présence de 1500 soldats français déployés au Niger, un pays qui était l’un des derniers alliés de la France au Sahel avant le coup d’État. La France refuse de céder aux exigences des putschistes, accentuant ainsi les tensions dans la région.

+1
3
+1
0
+1
1
+1
2
+1
0
+1
1
+1
0